Immeuble Terralia 60, rue de la Vallée 80000 AMIENS
03.22.22.31.65
contact@grandamienois.com

Le CDDC c’est quoi ?

Le Pôle métropolitain du Grand Amiénois

 

 

 

 

 

Conseil de Développement Durable en Commun du Grand Amiénois c’est quoi ?

 

 

 

Conseil de développement durable ?  

 

Pour s’exprimer, réfléchir et proposer…

 

Le conseil de développement réunit des citoyens et des acteurs engagés dans le développement territorial pour qu’ils puissent exprimer leur point de vue, réfléchir ensemble et donner leur avis sur les sujets qui concernent la vie quotidienne comme l’avenir du territoire. Il dialogue avec les élus et peut ainsi contribuer à l’enrichissement comme au suivi des politiques mises en œuvre par les intercommunalités.

C’est aussi un laboratoire d’idées, qui a vocation à animer le débat public et favoriser la participation citoyenne.

 

…. Sur le développement durable

 

Il s’appelle conseil de développement durable parce que sa mission essentielle est d’apporter le point de vue de citoyens et d’experts comme de susciter leur engagement pour engager le territoire dans un modèle de développement qui permette d’améliorer les conditions de vie, tout en répondant au défi de la transition environnementale

C’est à ce titre qu’il doit contribuer à l’élaboration du Plan Climat Air Energie Territorial (P.C.A.E.T) et du Schéma de Cohérence Territoriale (S.C.O.T)

 

En savoir plus : la charte des conseils de développement

 

En Commun du Grand Amiénois ?

 

Le Grand Amiénois c’est…

 

Huit intercommunalités qui se sont rassemblées dans un Pôle Métropolitain pour préparer ensemble leur avenir et mettre en commun des moyens pour mener des actions dans des domaines comme la promotion économique, le tourisme ou la mobilité.

 C’est Le Pôle Métropolitain du Grand Amiénois (PMGA) qui est chargé de l’élaboration du Plan Climat Air Energie Territorial (P.C.A.E.T) et du Schéma de Cohérence Territoriale (S.C.O.T) pour l’ensemble de son territoire.

 

En savoir plus : P.C.A.E.T, S.C.O.T

 

En Commun ?

 

Seule Amiens Métropole a l’obligation légale de mettre en place un conseil de développement (obligatoire pour les intercommunalités de plus de 50000 habitants) mais les sept autres intercommunalités se sont jointes à Amiens Métropole pour décider de la création d’un conseil de développement en commun et en en ont délégué la mise en place au Pôle Métropolitain

 

En savoir plus : Présentation du PMGA

 

Conseil de développement durable en Commun du Grand Amiénois, Qui le compose, Comment ça fonctionne ?

 

Qui compose le conseil ?

 

La composition du conseil de développement répond à la volonté de permettre une discussion constructive entre celles et ceux qui peuvent exprimer la réalité du terrain à travers leur vécu (ce sont les experts d’usage) et celles et ceux qui représentent des organismes engagés dans le développement du territoire et qui ce titre peuvent apporter une expertise technique.

Elle doit respecter la parité entre femmes et hommes et refléter le mieux possible la réalité socio-économique du Grand Amiénois.

 

Cela se traduit par la création de quatre collèges :

 

Le Collège « Territoire-expert d’usages » :

Ses membres sont désignés par les Présidents et Présidentes des huit intercommunalités du Pôle métropolitain. Ils sont de préférence issus des structures représentatives de l’engagement citoyen, du Développement local ou de la démocratie de proximité, pour faire prévaloir une expertise d’usage.

 

Le collège « citoyens »

Ses membres sont issus d’un tirage au sort sur les listes électorales et par un appel à candidature.

 

Le Collège « Transitions »

 Il est composé de représentants des acteurs économiques, de l’insertion et de la formation, de la recherche universitaire, de la santé et la vie sociale, de l’environnement, de la mobilité, de l’architecture et de l’urbanisme, du sport et de la culture, de la citoyenneté active et enfin du numérique.

 

Le Collège des « Personnalités Qualifiées »

Ses membres sont choisis pour leur expertise d’usage ou technique par la Présidence du Pôle métropolitain et celle du Conseil dans un souci d’équilibre de la composition du Conseil.

 

Mais aussi….

 

Des membres associés qui sont informés des travaux des commissions (ateliers et groupes de travail) et qui peuvent y participer, selon leurs disponibilités sur des sujets précis.

 

Comment ça fonctionne ?

 

Le CDDC se réunit en assemblée plénière avec tous ses membres deux fois par an, de 18 à 20 heures

Il est animé par un bureau et travaille en ateliers et groupes de travail.

Les ateliers et groupes de travail sont organisés de manière à permettre d’y participer activement sans que cela n’implique trop de réunions : les contributions et débats se font essentiellement en ligne.

 

Pour commencer quatre ateliers sont prévus :

 

  • Projet de Développement Durable du Territoire
  • Aménagement Durable du Territoire
  • Démocratie participative
  • Attractivité, Tourisme et Solidarité Territoriale.

 

Ils s’appuieront sur des groupes de travail :

 

Transition agricole

Transition agro écologique. Adaptation au changement climatique. Agroforesterie. Valorisation locale.

Transition industrielle

Usine 4.0. Écoconception. Écologie industrielle. Décarbonation des processus de production.

Transition numérique

Identification et valorisation des données. Applications territoriales. Nouveaux usages pour les particuliers et les professionnels. Réseaux. Entreprenariat numérique.

Mobilité des personnes et des marchandises.

Mobilités douces. Train, bus, car. Intermodalité.

Transition énergétique

Production locale d’énergie. Décarbonation.  Économies.

Nouveaux modes de vie et de production.

Recyclage. Circuits courts. Coopération. Culture « Maker »

Territoire de savoirs faires

Aptitudes. Savoirs faires industriels et agricoles.

Territoire inclusif

Formation. Insertion économique et sociale. Logement. Mobilité. Santé. Handicap

Services à la population

Culture. Loisirs. Sport. Santé. Commerce. Services publics.

Accès aux services

Identification des difficultés liées à l’éloignement, à la fracture numérique, aux carences des accueils physiques ou numériques, à l’absence ou à l’insuffisance de certains services sur tout ou partie du territoire

Espaces naturels et Biodiversité

Espaces artificialisés et délaissés à requalifier

Patrimoine industriel. Zones d’activités à requalifier. Friches ferroviaires. Requalification urbaine et périurbaine. Zéro artificialisation.

 

Cette liste n’est pas limitative, elle est destinée à être modifiée en fonction de celles et ceux qui voudraient s’investir sur un sujet particulier.